La tête sous l’eau. Olivier Adam

Encore une fois, je me suis laissée tenter par un titre découvert sur le blog Les lectures de Marinette. Et j’ai craqué pour le roman La tête sous l’eau de Olivier Adam, avec l’envie de plonger dans une belle promesse d’émotions.

La tête sous l'eau - Olivier Adam

L’histoire

Quand Léa a disparu, ils ont tous arrêté de respirer. La tête sous l’eau. D’un coup.
Elle s’ennuyait à Saint-Lunaire, Léa, c’est sûr. Quitter Paris pour ce bled breton, sur le coup de sang d’un père dépressif, ça n’a fait plaisir à personne. Mais de là à fuguer ? A-t-elle vraiment fugué d’ailleurs ? Son frère, Antoine, n’y croit pas. Ses parents non plus. Ils ont tout envisagé, même le pire.
Et puis comme la marée, Léa est revenue. En ramenant de loin des horreurs et des silences. On a sorti la tête de l’eau. Et la tempête est arrivée. Déferlante sur déferlante. La vie comme un esquif.

Mon avis

Avec La tête sous l’eau, l’auteur nous entraine dans le quotidien d’une famille brisée. Il y a plusieurs mois, Léa, la fille aînée a disparu sans aucun début d’explication, après leur arrivée en Bretagne. Au travers des pages, c’est son frère Antoine qui nous témoigne son ressenti. De chapitre en chapitre, nous découvrons à la fois ce jeune homme, ses parents, l’attente, l’incertitude, la douleur. Portée par les mots d’Antoine, j’ai suivi les effets dévastateurs de cette tragédie sur la famille. Avec simplicité, l’adolescent nous dévoile pourtant la dureté des jours passés alors qu’il tente de ne pas sombrer dans les abysses de la tristesse. Il s’évade, à l’aide de sa planche de surf, il fait face aux vagues comme un moyen d’affronter le vide en lui.

Jusqu’au jour où l’inespéré se produit. Léa est retrouvée. Les questions se bousculent d’autant plus, mais la vérité est encore loin. Léa n’est plus tout à fait la même. Il faudra laisser le temps et les médecins faire leurs devoirs. Comme Antoine, nous allons chercher à comprendre, espérer qu’elle se livre. Le soutien que ce jeune frère apporte à sa grande sœur m’a beaucoup touchée. Bien qu’il ignore tout ce qu’elle a vécu ces derniers mois, il va être d’une grande patience, il va la laisser s’exprimer par ses silences, l’écouter quand elle criera ses peurs. Son amour pour elle est inconditionnel, une force pure et véritable. Et c’est vraiment toute la beauté que je retiens de ce roman.

La tête sous l'eau - Couverture

Je pense à l’ironie du sort. Notre arrivée ici, la promesse de semi-vacances éternelles, d’un second souffle tant vantés par mes parents. Et nos vies en charpie désormais. Ce qu’a subi Léa. Ce qu’elle continue à subir. Ce que nous avons tous subi.

Partie 3 : Déferlantes

Évidemment, l’histoire est loin d’être une douce croisière car Léa, pourtant revenue parmi ses proches, a bien des démons à expulser. Son vécu m’a chamboulée, indignée. Olivier Adam nous dévoile ici à quel point la disparition d’un proche peut être destructeur, mais également comme le retour de l’être aimé est tout aussi déchirant. Car le passé ne s’efface pas. Si les cicatrices ne sont pas toujours visibles à l’œil nu, elles ont le pouvoir de marquer l’âme au fer rouge. Et même si la présence de l’entourage ne guérit pas tout, elle peut faire beaucoup. Ce serait vous mentir de dire que je n’ai pas eu la gorge nouée et le cœur serré tout au long de ma lecture. Ballotée par un torrent d’émotions vives, j’ai dévoré ces pages d’une seule lampée.

Avec une écriture fluide et douce, ce roman m’a offert la beauté d’un amour fraternel, la douleur d’une séparation et l’espoir d’une renaissance. Un ensemble à la fois difficile et tendre que j’ai vraiment adoré, une très belle découverte.

Et vous, connaissez-vous ce livre ?

« La tête sous l’eau » de Olivier Adam.
Éditions Pocket, 2020.

34 Commentaires sur “La tête sous l’eau. Olivier Adam

      1. Oh oui surement, mais je t’avoue que là j’ai trop de livre à lire pour le boulot et le plaisir aussi j’espère pour m’éparpiller. Donc pas d’olivier Adam pour moi.
        Pour les conseils je demanderai à mes lectrices…. bises et bon dimanche à toi ma Ludi 😘

        1. C’est vrai qu’avec la rentrée littéraire qui approche, tu dois avoir pas mal de découvertes à faire et de travail qui t’attendent ! Je te souhaite de faire de belles lectures en tout cas. 😊 Belle journée à toi aussi Ge ! 😘

  1. Je connais l’auteur de nom, mais je n’ai jamais osé acheter ou emprunter un de ses livres, c’est comme pour d’autres noms de la littérature comme Musso, Levy, Nothomb, Nothomb, Grimaldi… j’aimerais bien tenter un de ces jours, mais je repousse toujours la découverte. Je finirais certainement par en faire un challenge perso 🙂 En tout cas, celui-ci me tente en raison de son résumé, de ton avis, du fait que ça se passe en Bretagne. Merci pour cette découverte !

    1. Pour te dire vrai, à part un roman de Musso que j’ai découvert récemment, je n’ai jamais lu les auteurs que tu cites. Pourtant leurs réputations n’est plus à faire ! 😉 Mais c’est peut être ce qui me freine un peu aussi. Pour Olivier Adam, je ne connaissais pas avant de lire la chronique des Lectures de Marinette, alors c’était une très belle découverte. Et je te remercie d’avoir pris le temps de me lire, j’espère que ce roman te plaira si tu te lances, c’était un moment touchant de suivre cette famille et le retour de leur grande fille. 😊 Avec plaisir pour la découverte !

    1. Je ne connais « Je vais bien, ne t’en fais pas » que de nom seulement, et après avoir lu le résumé sur Babelio, je dois avouer qu’il ne m’attire pas vraiment non plus. Dans « La tête sous l’eau » c’est le retour inespéré de la soeur qui m’a particulièrement intriguée, et j’avais envie de voir comment le jeune frère pouvait vivre ce moment. Cela dit, je comprend totalement que tu n’ais plus envie de retenter l’expérience si tu n’as pas accroché au style de l’auteur. Mais il y a plein d’autres plumes à découvrir 😉

Votre commentaire