72h. Matthieu Biasotto

Je vous le disais déjà dans mon article sur le roman Yell, Matthieu Biasotto, avant de se lancer dans les comédies romantiques, a écrit des thrillers que j’apprécie beaucoup et que je découvre encore, dont 72h.

L’histoire

Pourquoi n’est-il pas rentré ? Valentin est sur répondeur. Ce n’est pas un retard, il s’est volatilisé. Il a douze ans. Début du cauchemar. Un enfant émotif et introverti, une mère au supplice. Un professeur ambivalent, un directeur qui ment. Dans le prestigieux collège Sainte-Sophie, les secrets sont à double tranchant, les mensonges jouent contre le temps.
Nathalie, maman solo saignée à blanc, va sombrer dans l’angoisse glaçante d’une disparition. Une effroyable descente aux enfers où chaque seconde sans nouvelles est un calvaire. Entre nuits blanches et peur du pire, la détresse et l’urgence sont une torture. Un décompte. Nathalie remue ciel et terre, elle ignore seulement qu’un sablier s’écoule dans une pièce sombre. Quelqu’un détient la vérité, une ombre se délecte des heures qui filent. Et pour sauver son enfant, cette mère va devoir rencontrer son destin.

Où est Valentin ?

Mon avis

Ce roman commence sur une scène dérangeante, quelque chose de malsain se trame entre les lignes. Le jeune Valentin, élève à la prestigieuse école Sainte-Sophie vient de vivre un moment horrible… Et c’est cet évenement qui va bousculer tout l’institut, car Valentin disparait en pleine journée au nez et à la barbe du personnel.

Avertie, sa mère, Nathalie, voit tout son monde s’écrouler. Le cauchemar de tout parent commence. Personne ne sait pourquoi, ni comment, un tel drame à pu survenir. Personne ou presque. Une école de cette renomée peut-elle vraiment laisser un enfant se volatiser ? Alors que les forces de l’odre sont prévenues, plusieurs options s’offrent à eux. Valentin aurait-il fuit une menace, succomber à un de ces jeux dangereux qui peuplent les cours de récréation, dans la même veine que le jeu du foulard ou le défi de la baleine bleue ? Non, c’est impossible. Pas son fils, pas dans cette école. Une école bien au-delà de ses moyens, mais pour laquelle elle était prête à payer pour le bonheur de son fils.

A la lueur de ses manquements, Nathalie est fauchée par une vague glaciale. Il faut qu’elle réprime cette lame de fond et chasse ses démons, il est trop tard pour les remords et les regrets.

Chapitre 17

Malheureusement, Nathalie va faire l’amère expérience de sa différence sociale. Son fils disparait, et pourtant cette maman se sent esseulée, à croire que son niveau de vie determine la priorité de cette affaire. Flics corrompus, camarades mesquins, enseignants louches, la mère célibataire trouvera-t-elle des alliés dans cette course contre la montre ? Sa hargne, elle, n’a pas de limites, et Nathalie n’hésitera pas à bousculer la bourgeoisie pour obtenir des réponses. Fugue, enlèvement, accident, challenge inconscient, quelle raison peut-il y avoir pour qu’un adolescent s’évanouisse dans la nature ? Et qui serait assez cruel pour favoriser son image sociale à la survie d’un enfant?

C’est donc avec des personnages loin d’être blancs comme neige que nous balade l’auteur. Chacun porte sa croix et protège les apparences. Cette histoire, nous entraine de secrets en révélations, dévoilant alors les travers d’une classe fortunée où l’image dorée peut cacher bien des vérités. Après tout, le malheur et le vice peuvent frapper n’importe qui.

Même si il ne fait pas partie de mes favoris, ce roman de Matthieu Biasotto reste tout de même un bon moment de lecture, façonné par une écriture entrainante.

Retrouvez mes précédentes lectures de l’auteur avec la comédie romantique déjantée Håkøn, le thriller fantastique Un jour d’avance et mon grand coup de cœur, le thriller glaçant YELL.

Lu pour le Challenge Lecture d’hiver.
Catégorie : Un roman avec le mot année/jour/heure dans le titre.

« 72h » de Matthieu Biasotto. Autoédition, 2018.


31 réflexions sur “72h. Matthieu Biasotto

  1. J’ai une affection particulière pour les histoires dans lesquelles sont éviquées en premier plan ou non, les rapports de classe ou du moins, les différences de classe sociale et leurs conséquences. Alors ce thriller ne peut que me tenter !

    1. Chouette ! D’autant qu’ici cette différence est vraiment mise en avant. C’est un roman rapide à lire en plus, tu peux le trouver en papier ou numérique, sur le site de l’auteur (et il me semble qu’il est aussi sur Amazon 🤔). J’espère que tu aimeras. 😊

    1. Merci Ge ! Je suis en train de lire le dernier qui validera mon challenge. J’avais prévu un roman historique mais finalement je me suis rabattue sur une lecture plus frissonnante, un grand classique de Stephen King 🤭 J’espère le terminer dans les temps 😇

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s