Qui a tué Cloves ? Axel Sénéquier

Après le recueil Le bruit du rêve contre la vitre, Axel Sénéquier nous offre une nouvelle lecture, mais dans un autre registre, à la fois documentaire médical et récit personnel. J’ai nommé Qui a tué Cloves ?

Qui a tué Cloves - Axel Sénéquier

L’histoire

Sur sa dernière vidéo, Océane sourit à l’objectif : « Docteur, je veux que tu montres ce film dans tes congrès ! » La petite fille sautille sur place. Un an auparavant, elle se déplaçait en fauteuil roulant et vivait avec une sonde vésicale. Aujourd’hui, elle se rend à l’école à pied et court partout.

Mon frère, Guillaume Canaud, est néphrologue. Au sein de l’hôpital Necker-Enfants malades, il à découvert le traitement contre le syndrome de Cloves, une maladie génétique rare qui provoque des excroissances surtout le corps et entraîne souvent la mort des patients avant l’âge adulte.
Ce livre est le récit de cette découverte scientifique inespérée, première médicale mondiale.

Cette histoire n’est pas une fiction, et pourtant elle réunit tous les ingrédients de l’extraordinaire : des vies sont sauvées, des quotidiens sont transformés, une maladie épouvantable est terrassée, la science triomphe.
Cette histoire est presque trop belle pour être vraie, et pourtant…

Mon avis

Si avec un titre comme celui-ci on pourrait croire à un mystérieuse enquête, il n’en est rien ! L’auteur nous offre avec cet ouvrage une véritable tranche de vie. Son frère, Guillaume Canaud, est néphrologue (médecin spécialiste des reins) et chercheur. Il a suffit d’une rencontre avec un patient pour que Mr Canaud ne se penche sur le Syndrome de Cloves. Un syndrome qui provoque malformations, douleurs, risques de paralysie et j’en passe. Jusqu’alors aucun traitement n’était proposé pour soigner ce mal, car la maladie est rare. Mais ça, c’était avant la rencontre de Guillaume et son patient. Depuis, un traitement a été dévoilé au grand jour, et c’est cette découverte que l’auteur nous dévoile.

On apprend alors le parcours d’une molécule, les tests pour mettre sur le marché un médicament, les test sur les souris (que j’ai nettement moins apprécié), la complication du diagnostic. Mais, si c’est bien d’une avancé médicale dont il est question, on y découvre aussi un portrait plus personnel de Guillaume Canaud, son parcours scolaire, leur famille, le travail fourni par son équipe (car il n’est pas seul évidemment). Viennent aussi les chapitres où l’auteur nous dévoile le point de vue des patients. Ceux pour qui le milieu de la recherche médical se bat. Ces personnes, qui après des années de douleurs, de doutes, d’enfer, ont enfin eu accès à la voix de la guérison. L’espoir de voir leur combat contre la maladie prendre bonne route. C’est émouvant et sensible.

Mais n’ayez crainte, il n’est pas question de termes soutenus et d’informations scientifiques indigestes au commun des mortels. Mr Sénéquier fait preuve ici d’une écriture souple, fluide sur le ton de la confidence. Un discours en tout sobriété et intimité. Comme il nous en parlerait autour d’un bon café (et même plusieurs). C’est justement cette plume aussi personnelle qui rend la lecture appréciable et chaleureuse.

Citation

Dans la guerre contre la maladie, il faut lever des armées. Lorsqu’une découverte est lâchée dans la nature, elle pullule et se développe de façon incontrolée. Des branches nouvelles se greffent au tronc.

C’est dans ce témoignage surprenant que Axel Sénéquier nous livre en toute humilité, et un soupson de fierté fraternelle, le succès de cette recherche. Mais au delà de l’hommage qu’il souhaite rendre à son frère, ce livre est une belle mise en lumière du personnel médical, soignants, chercheurs, qui participent chaque jours à aider ces familles touchées par le Syndrome de Cloves.

Je remercie grandement les éditions Hygée pour cet envoi, ainsi que l’auteur de m’avoir fait à nouveau confiance pour cette lecture touchante et sensible.

Retrouvez également la belle chronique de Frédéric sur son blog La culture dans tous ses états.

« Qui a tué Cloves ? Histoire d’une découverte hors norme »
de Axel Sénéquier. Hygée Éditions, 2021.


10 réflexions sur “Qui a tué Cloves ? Axel Sénéquier

    1. Oui, il le mérite, c’est une lecture agréable et un sujet important. C’est bien de mettre en avant le travail des chercheurs dans le domaine médical, ils sont nombreux à travailler dans l’ombre, et à faire de belles choses pour soigner leur prochain. C’est beau et c’est un combat noble. 🙂 Belle soirée !

      J'aime

  1. Coucou ! Merci beaucoup Ludivine pour ton clin d’œil et lien vers ma chronique, c’est super gentil à toi ! Axel Sénéquier est un auteur humaniste. J’adore son univers, sa façon d’écrire. Tu en parles très bien. Il y a de la lumière dans ces écrits ! Je te souhaite un beau weekend Ludivine 🌞😊

    Aimé par 1 personne

    1. Bonsoir Frédéric, c’est avec plaisir, j’aime beaucoup tes chroniques ! 🙂
      Tu as tout dit « Il y a de lumière dans ses écrits » c’est totalement vrai ! Sa plume est chaleureuse, amicale, c’est très agréable à lire, même sur un sujet aussi important que la recherche médicale. C’était vraiment une belle expérience 🙂
      Passes un beau week end également, a très vite 😊🍂

      Aimé par 1 personne

    1. Oui, c’est écrit de manière très personnel. On y découvre l’homme plutôt que le chercheur et on rencontres les hommes et femmes cachés sous l’étiquette « patient ». C’était une bonne lecture, instructive et humaine, une belle de découverte 😊

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s