Ted Bundy, Lady killer. Morvan, ScieTronc & Ortiz

Si les grandes affaires criminelles vous intéressent, je vous propose de découvrir une bande dessinée sur l’un des tueurs en série les plus reconnus des Etats-Unis d’Amérique : Ted Bundy, Lady Killer.

Ted Bundy - Lady Killer - Stéphane Bourgoin

L’histoire

« Il était la définition même d’un démon sans cœur. »

Florida State Prison, Janvier 1989. Ted Bundy est devenu le tueur en série le plus célèbre des États-Unis. Celui que les médias ont surnommé « Lady Killer » a finalement admis, après plus d’une décennie à nier les faits, avoir enlevé, violé et assassiné plus d’une trentaine de jeunes femmes entre 1973 et 1978, à travers sept États différents. Promis à la chaise électrique, il profite aujourd’hui de ses derniers instants pour s’entretenir avec Étienne Jallieu. Ensemble, ils vont dialoguer et tenter de déceler ce qui a pu amener Bundy, un homme en apparence si ordinaire, à devenir l’un des plus terribles meurtriers de l’histoire. Et s’il n’est pas un monstre, comment savoir si ce qui s’est déclenché en lui n’est pas présent chez chacun d’entre nous ?

En décryptant l’histoire du plus célèbre serial killer des États-Unis, les auteurs nous interrogent sur l’une des plus anciennes énigmes de l’humanité : l’origine du mal.

▲ Pour un public averti.

La série

Cette bande dessinée fait partie de la série « Les Serial Killers » des éditions Glénat. Pour cet ouvrage, bien que le nom de Stéphane Bourgoin soit présent sur la couverture, en qualité de rédacteur en chef, ils sont nombreux à avoir travaillé sur ce projet. Nous retrouvons Jean-David Morvan au scénario, ScieTronc et Rafael Ortiz aux dessins, Éloïse De La Maison et Séverine Tréfouël aux couleurs, Facundo Percio et Hiroyuki Ooshima pour la couverture. Nous devons la conception de la série à Mr Morvan et Mme Tréfouël.

Depuis la sortie de cette série, le tome 2 « Michel Fourniret, l’ogre des Ardennes » a été retiré de la vente par l’éditeur, pour avoir utiliser l’image et les propros d’une des victimes sans son consentement.

Source: Glenat.com
Source: planetebd.com
Source: Glenat.com
Source: Glenat.com

Mon avis

Dans « Ted Bundy, Lady Killer » nous découvrons le parcours infâme du criminel. De son premier meurtre (connu), à son exécution, en passant par ses multiples arrestations et tentatives d’évasion, dont la dernière, malheureusement réussie, aura été catastrophique pour la société. Tout ça nous est présenté sous forme de flashback lors d’un entretien avec un criminologue, Étienne Jallieu, pseudonyme utilisé par Mr Bourgoin. On revient alors sur son enfance, son éducation, sa capacité à se fondre dans la masse, son besoin de supériorité, sa grande capacité de manipulation, son implication politique, ses passages à l’acte…

Les illustrations sont vives, crues aussi. Le visage de Ted Bundy est très fidèle et très expressif. Dessiné de manière réaliste, charismatique, il est aussi représenté avec des traits parfois plus terrifiants, inhumains, comme pour dissocier l’Homme du Démon. Son visage change, évolue à mesure de ses impulsions. Et c’est là que la mise en garde des éditions Glénat prend effet. Les scènes de violence sont retranscrites à travers les traits et les couleurs. Les illustrateurs nous montrent l’atrocité vécue par les victimes à coup de vignettes. Leurs ignobles et funestes destins imaginés par un bourreau sans pitié se mélent aux bulles.

Sans revenir sur les révélations concernant Stéphane Bourgoin et son travail, je regrette néanmoins que ce dernier apparaissent dans cette bande dessiné, même sous la forme de son alter-égo fictif. Notamment comme étant le personnage faisant parler le criminel. Notons tout de même que nous ne voyons jamais son visage distinctement, c’est un peu l’homme de l’ombre. Mais j’ai eu le sentiment qu’on voulait lui offrir une part du gateau, un peu de mérite dans cette affaire. L’histoire de Ted Bundy se suffit à elle même pourtant, pas besoin d’en rajouter . J’aurais préféré que cet échange se fasse avec un journaliste anonyme, un avocat lambda ou même un enquêteur impliqué dans l’affaire. Cela aurait laissé une touche plus modeste à l’ensemble.

Source Image : planetebd.com
Source Image : ligneclaire.info

A la fin de l’histoire, quelques pages documentaires nous dévoilent un portrait du tueur, des photos personnelles ou des clichés de l’enquête, des extraits d’entretiens et une vision plus globale de l’affaire. C’est intéressant, mais encore une fois, âme sensible s’abstenir. Et aussi, on découvre le visage des victimes connues à ce jour. Pour ne pas oublier. Pour ne pas laisser leurs identités dans l’ombre d’un monstre.

Je sais pertinemment que les livres sur les affaires criminelles me laissent irrémédiablement dans un état perplexe après les avoir lus. Mais c’est plus fort que moi, ma curiosité l’emporte. Je l’achète, en ayant à l’esprit le côté intéressant de la chose, mais c’est toujours éprouvant. J’oscille entre dégoût, répulsion, tristesse et indignation face aux actes cruels perpétrés par cette catégorie d’individus. Et avec Ted Bundy, Lady Killer, j’ai atteint le haut du sommet. C’est une très bonne BD. Mais si lire sur ce thème est déjà fort en émotions, lier les images aux écrits rend l’expérience d’autant plus intense.

Une lecture qui ne laisse pas indifférent

Un peu plus

Coté cinéma, vous pouvez aussi voir le film « Extremely Wicked, Shockingly Evil and Vile » réalisé par Joe Berlinger, sorti en 2019. Avec un Zac Efron convaincant dans le rôle de Ted Bundy. C’est disponible sur Netflix et pour voir la bande annonce c’est juste ici. Bon film ! Et pour d’autres ouvrages du genre, retrouvez mon article Columbine, Tueurs de masse & Tueries scolaires. Bonne lecture !

Êtes-vous tentés par un titre de cette série « Les Serial Killers » ?

« Ted Bundy, Lady Killer » de Morvan, ScieTronc & Ortiz.
Editions Glénat, 2020.

16 commentaires sur “Ted Bundy, Lady killer. Morvan, ScieTronc & Ortiz

  1. Coucou Ludivine, j’ai découvert la vie de ces serial killers américains grâce à l’excellente série Mindhunter sur Netflix👍. Si tu ne l’as pas vu, vraiment je te la recommande. Il y a 2 saisons.. malheureusement la 3ème saison a été annulé. ça fait froid dans le dos ces récits😨. Je comprends totalement le sentiment qui t’habites suite à cette lecture pour le moins déroutante. Merci pour ce partage ! Je te souhaite une excellente soirée Ludivine 😊🌞

    1. Bonsoir Frédéric, j’espère que tu vas bien 😊
      Je ne connais cette série que de nom uniquement, je ne l’ai jamais regardé. Merci pour cette recommandation, je pense qu’elle pourrait me plaire ! Mais si la troisième saison est annulée, la série n’a pas de fin ou on peut se satisfaire de la fin offerte par la deuxième saison ? 🤔
      Oui, ça fait froid dans le dos ce genre d’affaires, c’est ignoble de voir que certains être humains sont capables d’actes aussi monstrueux…
      Merci, passe une belle soirée également et un beau week end ! 🙂

      1. Coucou Ludivine, les deux saisons se suffisent à elle même mais c’est vraiment dommage que Netflix n’est pas fait une suite🤔. Tu verras c’est une des meilleures séries de Netflix, malheureusement la seconde saison n’a pas marché.. Je te souhaite une belle journée Ludivine 🙂

        1. C’est encore mieux alors si les saisons se suffisent, je me sentirais moins frustrée en la terminant 😇 encore merci pour cette idée de visionnage ! Passes une belle soirée, à bientôt Frédéric 😊

  2. bonjour, comment vas tu? je ne connaissais pas cette collection. je suis assez dubitative. je trouve ça un peu malsain quand même… même si j’avoue aimer les ouvrages traitant de jack l’éventeur. je suis paradoxale. passe un bon mardi et à bientôt!

    1. Bonjour, ça va et toi ?
      Je comprend tout à fait ce que tu veux dire pour Jack l’éventreur ! Je pense que ça vient du fait qu’il s’agit d’une affaire dans une autre époque. Et comme on n’a jamais retrouvé le véritable coupable, ça donne à l’affaire un côté « légende urbaine » avec tout ces mystère. Que pour Ted Bundy, c’est plus récent, plus moderne, avec un tueur qui a jouer de son image devant les médias. C’est assez malsain oui, je ne lirais pas les suivantes en tout cas…
      Passes une belle journée toi aussi, merci 😊

  3. Je ne connaissais pas du tout cette bd, mais je suis contente qu’elle t’ait plu 🙂 Par contre personnellement je ne lirai pas ce livre, pour les mêmes raisons que Light and Smell. C’est une lecture adéquate si tu as envie d’en savoir plus sur l’affaire, mais pour ma part j’ai déjà du mal avec certains thrillers/romans policiers… Alors ce n’est pas pour lire une bd comme celle-ci haha. Ca me ferait trop flipper ^^

    1. Je peux comprendre, c’est assez rude comme lecture, je ne sais même pas pourquoi je persiste à découvrir ce genre d’ouvrage en sachant l’effet qu’ils me font (ah la curiosité sans aucun doute..) Mais en BD c’était une première pour moi, et je crois bien que cette fois, je ne retenterais pas, trop difficile (et flippant oui 🤭) avec les images ! Ça m’apprendra à être trop curieuse 😇

        1. Oui c’est ça ! Dans les livres on retient les mots, dans les reportages TV on ne montre pas les scènes cruelles. Mais dans une BD c’est présenté différemment, alors en sachant que ces actes ont eu lieu, ça donne un drôle d’effet ! Comme tu le dis, maintenant je suis fixée, ce sera niet 🤭

  4. Je t’avoue que le nom de Stéphane Bourgoin me fait tiquer, surtout au vu des révélations le concernant, mais il semblerait dommage de passer à côté de cette lecture qui semble t’avoir marquée et fait passer par différents stades émotionnels. Je lis peu d’ouvrages du genre étant effrayée par ce dont certains humains sont capables, mais rien qu’à titre informatif et pour se rappeler les victimes de ce monstre, cette BD semble intéressante.

    1. Sincèrement, quand je l’ai terminé, la première chose qui m’est venu à l’esprit c’est « Pourquoi tu as lu ce livre? » C’est tellement ignoble ce genre d’affaire. Mais la curiosité a été trop forte encore une fois. Mais cette lecture était intéressante, même si je m’arrêterais à celui-ci pour cette série. 😇
      Concernant Stéphane Bourgoin, c’est pour ça que j’ai préféré préciser les noms de chaques créateurs de cette BD, je trouve que le nom de Mr Bourgouin sur la couverture est avant tout commerciale, même si il a mis la main à la pâte pour cette série. Et c’est dommage, ça décrédibilise un peu l’ouvrage je trouve.. mais il me semble que l’ouvrage a été publiée avant toutes les révélations aussi. 🤔 Enfin, disons qu’ici il faut la lire comme on regarderais un docu-fiction, tout en ayant le coeur accroché.

      1. Je comprends ce sentiment contradictoire entre l’envie de savoir et le dégoût devant les faits…
        Oui, et puis si ce « spécialiste » a réussi à berner autant de monde, on ne peut guère reprocher à la maison d’édition de s’être laissée également avoir…

        1. C’est vrai, on ne peut pas tellement leur en tenir rigueur au vu de sa popularité et de sa réputation dans ce domaine avant que les vérités soient divulguées. En tout cas, cette BD est bien réalisé, on sent le travail de recherche fourni par l’équipe, c’est un très bon point ! 🙂

Répondre à La culture dans tous ses états Annuler la réponse.