Monstrueuse Féerie. Laurent Pépin

Envie d’une expérience différente ? D’un conte fantastique moderne ? Pour son premier ouvrage Monstrueuse Féerie, Laurent Pépin nous livre l’introspection d’un personnage déroutant.

L’histoire

Depuis toujours, j’ai du mal à établir des contacts avec les gens « normaux ». Quand je suis dans le trou noir, la tronche à l’envers, avec l’envie d’engueuler le vent et les oiseaux, je me dis parfois que ce sont des modèles en série, des ersatz, des brumes floues, sans consistance.

Alors que les bizarres, c’est plus noble. Eux, ce sont des modèles uniques qui sont nés sans mode d’emploi et en kit et qui ont dû se fabriquer seuls. Alors, bien sûr, ça donne des constructions très personnelles. Les idées ne sont pas au bon endroit, ou bien elles sont morcelées ou trop vastes, sans limites. Et parfois, il manque des pièces. C’est le problème des trucs en kit.

Je suis devenu psychologue et je travaille dans ce centre.
Souvent mon boulanger me demande si ce n’est pas trop dur de travailler avec les « fous ». Moi j’ai envie de lui répondre que ce qui est vraiment dur, c’est plutôt ce genre de dialogue, mais je me tais.
Et je ne peux pas répondre que parmi les monuments, on peut trouver des elfes.

Mon avis

Cet univers étrange est fait d’imaginaire, avec des références telles que Le Petit Poucet, Hansel et Gretel ou plus récente comme Harry Potter. A mi-chemin entre confessions et récit fantastique, l’expérience fut pour moi une grande première dans le genre.

Derrière cette façade magique se trouve un esprit tourmenté par des silences et des souvenirs douloureux. De métaphores, en images sombres, le personnage nous dévoile les frasques d’une enfance torturée et chaotique. Dans ses souvenirs, le plus inquiétant n’est pas un monstre caché dans le placard ou sous le lit. Non, les souvenirs, difformes et démesurés, dénués de réalité, témoignent d’un traumatisme plus profond, d’une relation enfant-parents précaire et sordide.

Et si sa vie d’enfant rattrape souvent sa vie d’adulte, ce personnage semble s’accrocher à un infime relent de bonheur. Car chacun porte son histoire, chacun cherche sa bouée de sauvetage, son phare dans les ténèbres. Mais tout le monde ne supporte pas le poids de la douleur et l’entrave d’une histoire d’amour.

Source Image : Livraddict.com

J’étais envahi par ma propre personne et je ne faisais attention à toi que dans la mesure où j’en avais besoin. J’ai aspiré ton énergie vitale et si tu n’étais pas partie peut-être que tu serais morte…

Extrait

Entre réminiscence d’une vie passée et tristesse d’un amour présent, l’auteur nous délivre un récit métaphorique et déconcertant en liant l’irréalisme au désarroi. Il nous dévoile également un personnage singulier qui cherche encore un sens à ce qui l’entoure.

Je ne saurais dire si j’ai aimé ou non cet ouvrage, bien loin de mes habitudes littéraires. Je pense, qu’au fond, j’ai dû apprécié son étrangeté et son format court, puisque je l’ai terminé sans difficulté. Curieuse d’en découvrir plus sur les Monuments et leurs décompensations poétiques, les êtres-mondes et le besoin de liberté d’une Elfe.

Merci à Laurent Pépin de m’avoir proposée cette lecture atypique !
Pour en savoir plus sur l’auteur et sur ce premier livre, voici une interview dégoté chez L’Ours danseur.

Vous connaissez ? Ça vous tente ?

« Monstrueuse Féerie » de Laurent Pépin. Flatland Editeur, 2020.

20 commentaires sur “Monstrueuse Féerie. Laurent Pépin

  1. Bonjour. Mon second roman court est paru hier, toujours chez flatland: « Angélus des Ogres », pour celles et ceux que cela pourrait intéresser!

    1. Bonjour Laurent, merci pour cette précision ! 🙂 J’ai lu sur le site des éditions Flatland que ce deuxième roman court est une suite de Monstrueuse Féérie, et j’avoues que cela a éveillée ma curiosité ! Merci pour votre visite et cette nouvelle information, bonne soirée 🙂

Votre commentaire