Quand la reine chante, les abeilles dansent. Véronique Maciejak

Envie de légèreté ? Besoin de lâcher prise ? D’un coup de pouce au quotidien ? J’ai découvert récemment un genre littéraire que je n’avais jamais expérimenté, un roman de développement personnel, pour mêler fiction et transformation de soi.

Quand la reine chante, les abeilles dansent - Véronique Maciejak

L’histoire

Marie aimerait être une mère qui assure. Une maman qui n’élève jamais la voix, qui se fait obéir sans punir, qui trouve toujours du temps pour ses enfants… Sauf que du temps, elle n’en a plus. Depuis qu’elle a décidé de quitter son travail pour se consacrer à sa famille, rien ne va. Elle est épuisée et débordée par les contraintes du quotidien. Alors elle crie, elle punit et ne parvient plus à gérer son ado précoce, son cadet hypersensible et sa petite dernière énergivore.
À l’aube de ses 40 ans, Marie frôle le burn-out parental. Mais a-t-elle le droit de se plaindre, elle qui a choisi d’être « au foyer » ? Et existe-t-il une recette pour devenir un parent parfait ?

Plus de 30 outils pour désamorcer les crises de colère, se faire obéir sans crier, gérer les disputes, motiver ses enfants à l’école, communiquer avec son ado…

Mon avis

Pour le côté Roman, j’ai apprécié cette petite histoire. Je l’ai lu rapidement, sans difficulté. On fait la rencontre de Marie, cette femme au foyer, mère de trois enfants complètement désabusée. La charge mentale qu’elle s’inflige semble énorme. Mais le destin frappe à sa porte, et il porte un nom. Rose. Sa nouvelle voisine. Cette nouvelle connaissance va chambouler son quotidien qui l’use et l’épuise. Marie va alors se retrouver en cure dans un centre spécialisé « Le Repos de Gaïa ». Un nom qui respire la poésie et le repos, non ? Un centre qui va lui apprendre a être, non pas la maman parfaite, mais une meilleure maman. Et surtout à être une femme avant d’être une mère, car il semblerait que Marie l’ai oublié, nous sommes déjà un être à part entière avant d’être parent.

Marie va alors faire de nouvelles rencontres, et j’ai trouvé les personnages assez touchants. Notamment Jennifer, qui se dévoile plus tard dans l’histoire. La bonne humeur de Christiane, elle, est rafraîchissante. L’équipe du Repos de Gaïa semble aux petits soins avec ses pensionnaires et plein de bons sentiments.

L’essentiel de ce roman réside évidemment dans son côté Développement Personnel. Nous allons apprendre avec Marie et les autres parents comment améliorer nos relations parents/enfants. N’ayant pas d’enfant, je ne peux pas réellement me projeter dans ces conseils mais j’ai trouvé certains d’entre eux, concernant l’éducation, très intéressants. En revanche, si sur le papier tout semble réalisable, j’ai du mal à imaginer que des parents débordés par leur quotidien puissent les mettre en pratique aussi simplement. Mais même pour les sceptiques (comme moi), l’auteure à des arguments, et c’est bien pensé ! En revanche j’ai moins aimé la petite publicité pour un autre de ces romans qui s’est glissée dans l’histoire. Je pense que ce n’était pas nécessaire et pas très fin, même si je comprend la démarche.

Si il est grandement question d’éducation, quelques conseils sont bons à prendre pour le bien-être personnel, comme la pratique de la cohérence cardiaque. Ce roman nous rappelle qu’il faut savoir écouter. Écouter les autres, se faire écouter, mais surtout… s’écouter soi-même. C’est important de prendre soin de soi pour avancer dans la vie de manière saine et sereine. J’ai bien apprécié le passage sur l’acceptation des émotions, enfant comme adulte, qui a d’ailleurs réveillé quelques souvenirs en moi.

Après l’histoire, vous pourrez mettre en pratique quelques exercices réalisés par Marie avec des pages qui vous sont dédiées. Des petits exercices pour apprendre à lâcher prise et se ressourcer.

Si vous avez envie d’une lecture détente et rapide ou si vous chercher un peu d’aide pour vous remettre d’aplomb, ce livre fera sûrement l’affaire.

Une lecture sympathique.
Merci à Félicie pour ce cadeau, retrouvez son avis sur son blog Félicie lit aussi !

« Quand la reine chante, les abeilles dansent » de Véronique Maciejak. Éditions Eyrolles, 2021.

6 commentaires sur “Quand la reine chante, les abeilles dansent. Véronique Maciejak

    1. Oui, c’est le genre de lecture où l’on sait qu’on ne se prendra pas la tête 🤭 C’est sympa à lire, mais ça cible vraiment un public précis, à savoir les parents qui ont besoin d’un coup de pouce 😉
      Merci, passes un bon week end également Frédéric ! 🙂

    1. Je suis dans la même position que toi et je confirme, ce livre a des sujets intéressants mais il s’adresse surtout aux parents. Pour nous, qui ne souhaitons pas d’enfant, disons que c’est un bon petit moment de lecture détente, sans prise de tête, avec quelques notions de bien-être 😊

Votre commentaire